La plupart des résections chirurgicales pour cancer du poumon peuvent de nos jours être réalisées par voie minimalement-invasive appelée chirurgie thoracoscopique  (VATS).  Pour ces interventions les instruments sont insérés dans le thorax à travers 1 à 3 petites ouvertures entre les côtes, évitant ainsi les classiques incisions intercostales longues appelées thoracotomies .

Ma première résection d'un cancer du poumon par thoracoscopie (VATS) était en 2001. Depuis lors une expérience considérable a été accumulée et depuis 2015, plus de 80% des résections majeures pour cancer ou autres tumeurs pulmonaires ont pu être faites par thoracoscopie/VATS (plus de 90% en 2016 et 2017).

Ces taux sont beaucoup plus élevés que ceux de la majorité des grands centres européens. Seules certaines interventions complexes pour des cancers localement évolués (p.ex. bronchoplasties complexes, chirurgies après (radio)-chimiothérapie d'induction...) doivent encore parfois réalisées par une ouverture inter-costale plus large appelée thoracotomie.


VATS Bi-portale (caméra introduite par une incision séparée par rapport aux instruments de travail). Dans certaines conditions anatomiques ceci donne un avantage et donc plus de sécurité par rapport à la technique Uniportale)

Depuis début 2017, suite à une formation au Shanghai Pulmonary Hospital (SPH), la technique de thoracoscopie UNIPORTALE rapportée pour la première fois en 2011 par Dr Diego Gonzalez Rivas, a été introduite aux Hôpitaux Robert Schuman.

Dans cette variation technique des techniques VATS "classiques" tous les instruments sont introduits par une seule ouverture intercostale d'environ 3 à 4 cm (cf. image). Jusque début 2019, plus de 50 résections majeures ont été faites aux HRS par cette nouvelle technique.

VATS UNIPORTALE: caméra et instruments de travail introduits selon une technique stricte à travers une seule petite incision intercostale.